Les Ecoles de Boune et de Mandégane

L’éducation et l’enseignement sont un élément majeur à plusieurs titres dans le processus de développement d’un pays. En effet, outre leur rôle essentiel dans l'adaptation des jeunes générations à l'évolution de leur environnement socio-économique, ils influent sur les comportements des élèves et donc des familles en matière de prévention, de santé et de nutrition, contribuant ainsi à améliorer leur qualité et leur espérance de vie.

L’enseignement primaire au Sénégal
Le taux de scolarisation dans l’enseignement primaire a atteint 93,9% en 2011. Toutefois, seuls les 2/3 des enfants scolarisés ont terminé le cycle primaire cette même année. Malgré ces résultats obtenus, l’accès universel à l’éducation primaire comme préconisé dans le deuxième Objectif du Millénaire pour le Développement (http://www.un.org/fr/millenniumgoals/) n’est pas encore réalisé au Sénégal : le fait qu’un tiers des enfants n’arrivent pas à achever le cycle primaire indique qu’il reste des efforts à faire en ce qui concerne le maintien des élèves à l’école et l’amélioration de la qualité de l’enseignement. (http://www.sn.undp.org/content/senegal/fr/home/mdgoverview/).*
Le Ministère de l'Education Nationale est relayé au niveau régional par l'Inspection d'Académie, puis au niveau départemental par l'Inspection de l'Education et de la Formation. C'est cette dernière qui établit la carte scolaire, crée les postes d'enseignants et nomme les instituteurs.
En 1995, soucieux de développer l’accès universel à l’éducation primaire, le gouvernement a mis en place un nouveau mode de recrutement des enseignants sous la forme du Programme des Volontaires de l’Education (PVE): les enseignants recrutés après le brevet des collèges, le baccalauréat ou un diplôme d’enseignement supérieur acceptent une rémunération moindre et bénéficient d’une formation d’un an dans les Ecoles de Formation des Instituteurs (EFI). Ce temps d’enseignement est trop court et ne permet pas une réelle formation de qualité (http://cres.revues.org/2665).
Par ailleurs, l’Etat sénégalais construit et équipe peu d'écoles en milieu rural. Il laisse le plus souvent ce soin aux collectivités et populations locales. En revanche, l'administration nomme dans les écoles ainsi construites des instituteurs ou des volontaires qu'elle rémunère. A ce jour, la scolarisation des enfants est obligatoire au Sénégal jusqu’à l’âge de 16 ans (depuis 2004), ce qui n'est pas toujours respecté.
Un effort important concernant la scolarisation des filles a vu le jour ces dernières années.
Les enfants vont à l’école à l’âge 5 ou 6 ans et la fin de la scolarité primaire est sanctionnée par le Certificat de Fin d'Etudes Elémentaires (CFEE), et par l'examen d'entrée en 6ème.
La langue officielle du Sénégal est le Français, et c'est dans cette langue "étrangère" pour la plupart des enfants en milieu rural que se fait l'enseignement. Toutefois, le recrutement au niveau départemental permet dans la majorité des cas de trouver des enseignants de même langue maternelle que les élèves.

Depuis quelques années, des écoles en langues nationales (notamment en Wolof) commencent à voir le jour, essentiellement dans la région de Dakar et dans le nord du Sénégal.
Les différents niveaux scolaires sont répartis comme suit :
- Un cours d'initiation qui correspond à la grande section de maternelle en France et permet aux enfants de commencer une initiation à la langue française
- Un cours préparatoire
- Un cours élémentaire première et deuxième années
- Un cours moyen première et deuxième années

L’école de Boune

En 1998, l'association Culture Vacances Aide et Développement (CVAD) de Bédarrides, dans le Vaucluse, initie la construction de la première salle de classe de l'Ecole Primaire de Boune. Auparavant, les enfants du village étaient instruits par un "moniteur", c'est-à-dire un enseignant privé payé par les familles. Toutes les familles n'avaient pas les moyens d'offrir une instruction à leurs enfants. Cette action est réalisée en partenariat avec le village : les villageois construisent eux même le bâtiment, Kafo Saze fournit le matériel et les membres participent aussi à la construction lors de leur mission.

En 2001, la construction et l'équipement de cette salle de classe sont achevés, et le premier instituteur, Jean Sambou, est nommé par l'Etat sénégalais. Les villageois créent une Association de Parents d'Elèves (APE). Sa mission accomplie, l'association CVAD quitte Boune. Cependant, certains de ses adhérents estiment que leur tâche ne doit pas s'arrêter là et fondent Kafo'Saze qui, à la demande de la population, poursuit le chantier.

 

Dans les années qui suivent, deux autres classes sont construites et équipées. Deux autres instituteurs sont nommés.

Un jardin scolaire est mis en place en 2003 à l'initiative de Jean Sambou, devenu directeur de l'école. Outre son intérêt pédagogique, son revenu doit compléter celui de l'APE pour les dépenses périscolaires.
En 2005, un logement collectif est construit pour les trois instituteurs. Ils logeaient jusque là chez l'habitant ou dans la réserve de l'école.
L'Ecole Primaire de Boune offre maintenant un cycle primaire complet, du CI (Cours d'Initiation) au CM2. Elle accueille environ 45 enfants. En 2007, les premiers élèves de Boune ont fait leur rentrée au Collège de Kafountine. En 2014 le premier bachelier a été admis et poursuit ses études à Dakar


L’école de Mandégane
Mandégane est un gros village de 2100 habitants situé dans la Communauté de Balinghor, à environ 20 kilomètres par la piste de Bignona, la préfecture du département.
A l'écart de tout axe routier et de toute activité touristique, ce village vit essentiellement d'activités agricoles (mil, riz, arbres fruitiers) et de pêche.
En 2007, le village a sollicité Kafo'Saze pour restaurer quatre salles de classe de l'école primaire. Cette école regroupe environ 400 élèves et comprend 10 classes.
KAFO'SAZE a conclu un partenariat avec le village pour restaurer ces quatre classes en 2008, l'association apportant les matériaux et le village la main d'œuvre..
Le coût total de cette action a été de 1,92 million de francs CFA (2930 euros).

 


Association Kafo'Saze - 2 ter, rue de Provence - 30650 Saze - France
Tél. : 00 33 (0)4 90 26 95 05 - www.kafosaze.fr - Email : kafosaze@gmail.com