Carnet de voyage pour découvrir la Casamance et le Sénégal

Dakar

Voici quelques informations (non exhaustives) qui vous permettront de découvrir de manière agréable le Sénégal et la Casamance. Un voyage se préparant plusieurs mois à l'avance n'hésitez pas à consulter les nombreux sites internet ou forums traitant de ce sujet.

Formalités
Pour les ressortissant des pays de l’UE, seul un passeport en cours de validité est demandé.
Trousse médicale
Renseignez vous auprès de votre médecin et de votre pharmacien pour établir la liste des médicaments adaptées.

Vaccinations
Le vaccin contre la fièvre jaune est n’est plus obligatoire mais reste fortement recommandé. Les vaccins contre le tétanos, la poliomyélite, la diphtérie, la méningococcie, la fièvre typhoïde, l’hépatite A et l’hépatite B sont recommandés ainsi qu’un traitement antipaludéen. Pour les animaux, un certificat de vaccination antirabique et un certificat de bonne santé sont exigés.

L’eau
Si l’eau sort d’un robinet vous pouvez supposer qu'il n'y a aucun risque. Sachez que toutes les grandes villes disposent d’eau courante de bonne qualité et pour ceux qui ne l’ont pas à la maison, il y a de nombreuses fontaines de distribution. Le long des axes routiers, l’eau est également amenée par des canalisations. C’est par exemple le cas de toutes les localités entre Dakar-Mbour et Joal.
En Casamance où le réseau d'eau potable est plus aléatoire vous utiliserez de petits cachets (vente en pharmacie) afin de détruire les bactéries et ne prendre aucun risques.

La nourriture
Dîtes-vous bien que des germes existent en Afrique qui n’existent pas en Europe. Que vous mangiez donc un steak-frite dans un resto de Dakar ou un Yassa Poulet dans une famille de Kédougou, vous absorberez ces germes une bonne fois pour toute. La tourista ne va vous tuer ! Une amibiase ça fait mal mais ça se soigne bien. Ne croyez surtout pas que vous aller attraper toutes les maladies du monde en mangeant un bon plat de riz. L’idéal au contraire est de se plonger dans la sauce dès le premier jour pour être immunisé au plus vite. Méfiance néanmoins quand vous voyez certains aliments notamment les viandes de porcs pas assez cuites et les laits crus. Le risque parasitaire (ver solitaire teania, ascaris, etc...) est élevé et des infections à salmonelles sont également à redouter.

Les mycoses
La chaleur, l’humidité et la transpiration sont les vecteurs de ces maladies. Il est néanmoins facile avec quelques précautions d’éviter tout ça. Les pieds sont les plus touchés. Si vous êtes en chaussures, mettez des chaussettes de tennis en coton. Mais préférez plutôt les sandales, les tongues et aussi souvent que possible restez pieds nus pour les faire sécher. Les plus fragiles pourront emmener du talc à mettre dans les chaussures. Le reste du corps peut également être sujet aux mycoses : particulièrement les zones de frottement et de sudation. Préférez le coton pour vos sous vêtements. Dans toutes les boutiques du Sénégal on vend un savon qui s’appelle Pharmapur et qui est très efficace pour nettoyer la peau et prévenir les mycoses et infections. N’hésitez pas en vous en servir à chaque douche même s’il ne sent pas la violette des prés.

 

Recommandations diverses
voir le site officiel du ministère des affaires étrangères :
cliquez ici.

Pour tout savoir sur le paludisme et comment s'en protéger
cliquez ici.

 

 

Soleil et chaleur
Le Sénégal est un pays chaud. Très chaud même à certains moments et certains endroits. Si la presqu’île du Cap Vert et plus généralement toutes les zones côtières jouissent d’un climat adouci par les vents marins, l’essentiel du territoire reçoit à certains moment de l’année toute la chaleur de l’enfer. Les plus grosses chaleurs du pays se ressentent dans tout l’Est du Sénégal entre février et juin. Le mercure monte jusqu’à plus de 40°C. Souvent accompagnée d’un vent sec, l’harmattan, cette canicule fripe et dessèche tout ce qui passe sur son chemin. Boire, boire et boire absolument. En cas de marche à pieds ou de promenade en brousse prévoyez d’amener au moins 1 litre d’eau par heure. Casquette, bob ou chapeau de paille de rigueur et dermophile indien pour vos lèvres dans la poche. Petit accessoire sympa et pas du tout superflu quand le thermomètre explose, le brumisateur d’eau d’Evian qui fera l’effet d’un extincteur sur votre visage en feu. Malgré tout, ces énormes chaleurs de saison sèche sont paradoxalement supportables car l’air est sec. Durant la saison des pluies, les températures dépassent rarement les 32°C sur l’ensemble du territoire mais l’humidité de l’air dépassant les 98% font des jours et des nuits des enfers de transpiration et d’étouffement. Essayez de dormir dans des endroits aérés tels que les cases traditionnelles en banco.

Changeurs d'argent
La monnaie d'usage au Sénégal est le franc CFA. Cependant, dans tous les établissements de la zone, vous pourrez régler vos achats en euros sans aucun problème. Les agences bancaires vous permettent de changer votre argent mais vous pourrez aussi effectuer à toute heure et rapidement du change chez tous les commerçants du Cap. La parité est fixe entre l'euro et le CFA : 1€ = 655,95CFA.

Protection contre les piqures de moustiques
Règle générale : Après le coucher du soleil (moment où les moustiques sont les plus actifs) ou pendant la journée dans les régions où les moustiques sont particulièrement nombreux et agressifs :
Porter des vêtements qui protègent tout le corps, y compris les bras et les jambes (manches longues, pantalons longs etc...) Les vêtements peuvent être induits d'insecticides. Enduire d'un répulsif les parties du corps qui ne sont pas couvertes par les vêtements. Ecarter les moustiques en utilisant des plaquettes, serpentins, vaporisateurs, diffuseurs électriques. Passer la nuit sous une moustiquaire.

Circuler au Sénégal
Les bus , les taxi brousse
Pour voyager dans le pays, le moyen de transport public le plus courant est le car ou taxi-brousse.
Pour aller d’une ville à l’autre en taxi-brousse ou en grand car Mercedes ("Ndiaga Ndiaye"), rendez vous à la gare routière. Les destinations sont sur les pancartes et les tarifs dépendent du type de véhicule : 7 places (504 breack, mini-bus 14 places ou Ndiaga-Ndiaye 32 places). Il faut en outre s’acquitter d’un forfait pour les bagages. Dépaysement et ambiance garantis.
Les Taxis de ville
Il suffit le plus souvent de lever le bras, ou même de cheminer tranquillement dans la rue, pour qu’un taxi orange et noir déboite brusquement et fonde sur vous. Les taxis urbains étaient autrefois équipés de compteur, dont la vitesse de défilement variait parfois dans des proportions surprenantes... La rude concurrence que se livrent les chauffeurs conduit à la pratique du marchandage, à laquelle vous devez avoir recours. Les tarifs varient suivant la fluidité de la circulation : comptez autour de 1 500 francs CFA pour une course en ville.

 


¸¸¸
Association Kafo'Saze - 2 ter, rue de Provence - 30650 Saze - France
Tél. : 00 33 (0)4 90 26 95 05 - www.kafosaze.fr - Email : kafosaze@gmail.com